vendredi 29 janvier 2010

10 Conclusions post Midem à avoir à l'esprit.

Voici deux jours que le midem s'est terminé et il est temps d'en tirer quelques conclusions d'autant que celles-ci sont vraiment intéressantes. Le marché changeant plus vite que jamais,

1° Il y a moins d'argent c'est sûr : pour la ènième fois, la fréquentation au midem a baissé, cette fois-ci de 10%, démontrant que les économies étaient toujours à l'ordre du jour dans les maisons de disques. Le résultat est qu'elles ont envoyé des gens plus seniors et que cela s'en ressentait dans les discussions.

2° Mais cet argent est toujours utilisé de la même façon, à ce jour : le fait que NRJ/TF1 soient toujours hypers dominants sur le Midem montre bien que la promo passe, quoi que l'on en dise encore massivement par les médias traditionnels. Il n'est pas vraiment possible de breaker un artiste massivement sans eux. Nous expliquerons plus tard ce qui peut faire changer cette situation.

3° Et il y a plus d'optimisme : tout le monde se l'accorde, ce n'est pas que la publication de bons chiffres du SNEP qui redonne du baume au coeur à l'industrie, mais bien le fait que concrètement, Hadopi et ses équivalent devraient enfin permettre de retourner la situation, que le digital commence à être compris, qu'il pourrait exister des alternatives à Itunes, que la musique sponsorisée ne marche pas et que donc on va valoriser des offres plus qualitatives, etc, etc.

4° Tandis que c'est le retour de l'innovation : l'engouement qu'à généré Mxp4 (désolé pour la pub) mais aussi d'autres sociétés ayant des modèles innovants, (voir les quinze start-up sélectionnées par le midem, dont awdio) montre que toutes les initiatives qui visent à valoriser le contenu sont désormais perçues de façon très positives par les artistes et autres détenteurs de droits. Je ne dis pas cela -uniquement- pour placer mxp4, mais bien parce que c'était juste évident. Il suffit de regarder le nombre de twits à son sujet.

5° et les marques commencent à trouver leur place : souvent décriée, l'alliance marque-contenu commence à se faire plus harmonieusement que les années passées. L'innovation est souvent un bon pont entre ces deux univers d'ailleurs.

6° Et si vous ne l'avez pas noté, le 360 a disparu ! grand invité de l'année dernière et de l'année précédente, ce principe dans lequel une maison de disque fait tout (les sonneries, les concerts, la vaiselle et tout et tout) n'était plus vraiment à l'honneur cette année ! Il n'en était question nulle part et surtout pas dans les conférences. Sans doute la reconnaissance de facto que l'expertise ne se décrète pas.

7° Les nouveaux outils viraux sont mieux intégrés : plusieurs artistes ont ouvertement mentionné dans les conférences le fait qu'ils attachaient beaucoup d'importance à leur communautés virtuelles, au nombres de followers qu'ils avaient sur twitter, leur utilisation de foursquare, etc. C'est beaucoup plus marqué que l'année précédente.

8° Et non, les Majors ne sont pas mortes : en étant à l'origine de  46 des 48 titres qui sont rentrés dans le top du chart américain, elles prouvent qu'elles conservent leur écrasante domination sur la promotion du segment le plus vendeur. Cela rejoint d'ailleurs notre point 2°.

9° Et que fait la police? Elle ne va pas tarder à sévir. Qu'on le veuille ou non, c'est un fait que des initiatives hadopi et consors se multiplient au niveau européen, mais à la surprise de votre serviteur, également dans d'autres pays pas forcément aussi développés que le notre. Il y a certainement un petit arrière gout (ou avant gout suivant le cas) de censure politique dans certains pays cependant...

10° et les nouveaux étaient nombreux : a la différences des midem précédents, beaucoup m'ont fait remarquer qu'il y avait une nouvelle vague de jeunes : artistes, start-ups, mais aussi avocats, et d'autres segment relativement nouveaux dans cette industrie. Les jeux videos finissent enfin par être massivement présents dans le monde de la musique, rock-band et Guitar Hero ayant ouvert la voie.

4 commentaires:

Bidibule a dit…

Très juste, même ce qui démarre sur Internet a besoin de trouver sa validation dans les médias. Un buzz n’est un buzz que lorsque c’est la télé qui le dit. Et si ça ne l’était pas au moment où elle le dit , ça va le devenir. ( Je ne donnerai aucun exemple). Pendant qu’on pointe du doigt le spectacle vivant et internet comme les summums de l’exposition et de la visibilité pour un artiste, un simple regard sur le TOP 30 des ventes laisse rêveur. Ce qui se vend, c’est ce qui passe à la radio, tout simplement. Ou la victoire de la recommandation de masse…

Sinon en langage artiste, 360 ça se prononce tournante ou gang bang… C’est pour cela que tu ne l’as pas entendu au MIDEM… ;)

En attendant, quand tu veux pour tester le MXP4 sur un des titres (comme je l’ai fais pour le Iklax).

Julien a dit…

Salut Gilles,

(C'est toi?) Une chose m'a frappée: on n'a pas parlé du P2P pendant ce midem... bizarre non? Un peu de pub: la suite sur http://blog.wormee.com

Bonne soirée,

Julien
WorMee.com

ben a dit…

bravo pour ce blog toujours si pertinent

Anonyme a dit…

phone number lookup

Enregistrer un commentaire