vendredi 2 avril 2010

IPAD : la fin du multimédia mobile... ou le début?

Il y a encore quelques années encore, les articles de journaux traitant de contenus et services mobiles étaient légions. Aujourd'hui, le sujet ne semble plus émouvoir grand monde, tant la catégorie s'est fondue dans les contenus Internet au sens large, Apple ayant ouvert la voie en unifiant le même processus de téléchargement sur Iphone ou au travers d'Itunes. 
Dans la foulée, les consultations de sites WAP (Wireless Application Protocole) -ce standard qui était appelé à devenir la référence de l'internet mobile-, se sont totalement écroulées. SFR ayant récemment reconnu que seul 2% des pages vues depuis un mobile l'étaient encore dans ce format, le volume global de data échangées ayant évolué de... 940% sur 5 ans ! l'arrivée de l'IPAD pourrait renforcer cette rupture. Tout ceci dans un contexte, caractérisé par plusieurs faits significatifs : 
(i) la distinction entre mobile est fixe tend à disparaître rapidement. les utilisateurs souhaitant accéder à tous leurs contenus, n'importe quand et n'importe où. Ils attachent une importance forte à retrouver la même expérience utilisateur quel que soit le mode d'accès. 
(ii) L'exception à ce qui précède concerne les systèmes de messageries, qui restent des services spécifiques au mobile? La question est de savoir pour combien de temps. Il a fallu que deux petites années pour abattre les offres de contenus, le portail, et par conséquent le standard des opérateurs ; il pourrait ne pas en nécessiter beaucoup plus pour en faire de même du SMS. MSN est déja en seconde position derrière le -text, ou SMS- (et avant le mail) dans l'échange de messages aux États-Unis. 

(iii) Les modes d'accès deviennent également symétriques. Auparavant, on accédait aux contenus mobiles par le réseau 3G (ou 2G) et au contenus pour PC par le Wifi ou l'Ethernet. Nombre de portable PC sont à présent équipés d'une liaison 3G et tous les mobiles peuvent maintenant accéder au Wifi. 
Il est intéressant de noter qu'en conséquence, tous les opérateurs veulent être multi-modaux (fixe et mobile), à l'instar de ce qu'a initié Orange, dès 2002. Free va devenir opérateur mobile et SFR a racheté -au prix fort- son ex-filiale CEGETEL, dont il s'était séparé -à vil prix- en 2003. 

(iii) Les contenus sur mobiles sont largement piratés, mais pas de la même façon. C'est en effet au travers des cartes mémoires que le piratage s'organise, et non par le biais du fast-download ou du P2P. Une étude un peu daté du CTIA 2008 évoquait le chiffre de 85% de contenus piratés. Chiffre à comparer à ce qu'il en était en 2002 ou seuls quelques petits % des contenus mobiles étaient d'origine piratée. 

Les accès vont donc largement se démocratiser, les expériences utilisateurs vont plus encore s'unifier, reste à essayer de deviner ce que cela augure pour les contenus...
Dans un tel contexte, il semble en effet impossible de leur maintenir une valeur unitaire élevée, ce qu'elle est encore aujourd'hui. C'est encore plus vrai pour la musique, dont le format de petite taille facilite largement la copie. 
Alors quoi? Financer par la publicité semble être une chimère et le consommateur ne semble pas particulièrement prêt à payer. 
A cet égard, il est intéressant d'observer les gesticulations de plusieurs opérateurs au travers de la planète (Japon, Corée, Israel) qui ont demandé des licences bancaires... il semble en effet que ceux-ci, comprenant que le temps des revenus faciles et des forfaits abusifs n'est pas loin de se finir. Ceux-ci veulent donc vendre des assurances, de l'énergie, de la banque : en d'autres termes, les services indispensables à forte valeur ajoutée... 
Quel est le rapport avec la musique, et les contenus plus largement, nous diriez-vous ? 
Et bien, ces mêmes opérateurs ont fait valoir leur capacité à faire payer certains services... Tandis qu'ils en offriraient d'autres. Docomo aurait ainsi expliqué qu'il ne lui est possible d'offrir la musique que si l'assiette de services qu'il commerciale à large échelle s'étendait autre chose que des forfaits télécoms.
A bon entendeur... 

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Curieux de ne pas parler de l'Ipad dans un post de cette nature !

Lulu77 a dit…

Il n'est pas impossible que l'on rentre dans une ère d'amélioration de l'ergonomie, Apple montrant l'exemple. Avec une réduction des budgets.

Pour la puissance et les débits je ne vois pas ce qu'il manque.

Anonyme a dit…

tres bon papier ! excellent. J'ignorai que SFR avait vendu Cegetel avant de la racheter.

Efemaire a dit…

3 accès à internet sur 4 se feront depuis un mobile en 2017 aujourd'hui c'est 1 sur 2.

Avi Parma a dit…

le wap et les services opérateurs sont morts, mais c'est toujours eux qui ont les tuyaux. Pour preuve, SFR et Free vont augmenter leurs tarifs. Ca veut dire qu'ils ne se sentent pas si menacés que ça. Et les nouvelles technologies mettent souvent des temps très longs à arriver. Donc pas trop d'inquiètude à avoir à priori pour les 3 gros.

Anonyme a dit…

I feel affection for your web site along with it feels really nice as of my top of material. And I was thinking qualification a change telephone search force patronage you fix the suspicious people in relation to your website. Doubtless we be capable of expend a telephone number search with the intention of unearth away as of home reverse phone lookup webpage on your extra comments here given that well. So accomplish confident with the aim of recognize how so after to accomplish a reverse phone lookup as you're complete.

Anonyme a dit…

phone number lookup

Enregistrer un commentaire